Le matin où nous quittons Squamish, il fait beau, il fait bon, les oiseaux gazouillent... On en profite pour aller faire une virée sur Vancouver Island, canoë au milieu des phoques qui sortent la tête de l’eau pour nous observer, ski de printemps au Mt Washington, ou discussions tardives avec Sibylle et Wolfram, un couple allemand qui après 10 ans à sillonner l’Amérique du sud au nord en Combi VW se sont installés ici il y a 10 ans comme consultants en gestion forestière. On se prends à rêver nous aussi de Pampa Argentine ou de Chili…
Mais très vite, nous sommes rejoints par une masse d'air froid qui descend du nord, et percute l'air chaud et humide venu du sud. Cocktail explosif : nous nous réveillons avec 10 cm de neige autour de la tente, et il fait - 4 °! Taïaut : Sud toute ! ! !

On quitte le Canada pour les Etats-Unis en enchaînant les ferries, Victoria, Port Angeles, Kingston, alors que la neige tombe à gros flocons.. Dans les grosses 4-voies de Seattle, nous slalomons entre les voitures qui roulent au ralenti dans cette neige inhabituelle. La nuit a beau être déjà tombée, on continue de rouler dans cette atmosphère féerique alors qu’au loin les néons illuminent à travers les flocons la ville et ses gratte-ciel: Preston et Ural América ne sont plus loin maintenant, et puis tout s’est tellement bien enchaîné aujourd’hui… On roule comme dans un rêve…

Le lendemain nous retrouvons nos copains russes, Alex le mécano surnommé « doigts d’or », Vadim et Madina, mais aussi Gary qui encore une fois nous ouvre les portes de sa maison . Puis quatre pneus neufs pour le side, un stock de pièces de rechange, et nous continuons vers le sud par l'Oregon intérieur. Paysages, climats et journées s'enchaînent dans une diversité exaltante. On passe des tempêtes de neige de Snoqualmie Pass aux hauts plateaux ventés et arides de la réserve Yakima, puis après quelques heures d’accalmie le long de la rivière Columbia, on croise un chasse-neige entre deux murs de neige à Mont Hood… où on enchaîne quelques journées de snowboard dans toute cette poudreuse qui continue de tomber. Pour repartir derechef vers encore d’autres hauts plateaux arides, d’autres tempêtes de neige...
La ridante est incroyable, mais les nuits sont glaciales et les journées rudes . Nous avons beau empiler les t-shirts, polaires et doudounes, nous finissons toujours frigorifiés et tétanisés de frissons.

En arrivant à Lakeview, à cheval sur la frontière Californienne, nous nous offrons le luxe d'un motel. De la chaleur ! Et une bonne douche chaude !! Heureusement, la Californie tient vite ses promesses, et tous nos muscles se relaxent dans cette chaleur bienfaisante. On fait un petit crochet par Reno et ses immenses Casinos posés au milieu du désert, mais sans s’attarder : en plein jour il ne reste du paradis que le côté artificiel, et nous ne laisserions pas le sidecar au milieu de cette faune qui déambule . La route continue de s’avancer dans ce large désert entouré des montagnes de la Sierra Nevada, puis une petite route tortillarde qui grimpe sec à flanc de montagne nous emmène au Mt Rose, 9000 pieds… quasiment 3000 mètres ! ! Pas étonnant que la moto s’essouffle.

De l’autre côté, c’est le lac Tahoe, au milieu de son écrin de montagnes, autour duquel on passe une semaine à partager des bonnes sessions de snowboard avec des amis de rencontre. Aaaahh, aspirer le soleil par tous les pores du sommet de Diamond Peak, avec cette vue fantastique : lac d'un côté, et désert de l'autre !
En repartant, la Highway 395 nous conduit tout schuss des 3000 m de Kirkwood aux palmiers et immenses vergers de la vallée de Sonora. Encore une petite route à creux de colline, des centaines de virages en épingles qui font les bras, … et nous débouchons pile au coucher du soleil sur la baie de San Francisco !

A Stanford, au cœur de la Silicon Valley, on retrouve les cousins de sylvie, et cette fois ci le confort est total, le froid oublié : longues allées de palmiers, fruits frais à profusion, parties de tennis endiablées et sandales... On emmène même les petits cousins à l’école en sidecar, sous les regards un peu ébahis des petits copains et des maîtresses…
Mais on commence aussi à préparer franchement notre départ vers la Nouvelle-Zélande, puisque l'échéance de notre visa se rapproche. Et lorsqu’on trouve un super prix pour un container pour la moto partant de Los Angeles, c ‘est le prétexte idéal pour continuer encore un peu plus au sud et profiter encore un peu de cette douceur de vivre californienne… Car en changeant d’hémisphère, on va aussi « zapper » l’été !

Santa Cruz, Big Sur, Malibu... La côte est superbe, vivante et sauvage, et nous ne nous lassons pas du spectacle des pélicans, phoques, éléphants de mer ou nageoires caudales, à peine à quelques encablures de la jetée ou de la plage. Laurent, quant à lui, reste surtout hypnotisé d'envie devant les surfeurs... Mais la moto commence à arriver en bout de course, plus d'embrayage, et un roulement de roue qui rend l'âme. Et deux jours avant d'arriver à Los Angeles, l'alternateur nous claque dans les doigts. On finit la route d'une traite, en roulant sur la batterie, sans plus s'arrêter que pour l'essence ou dormir, le corps tout entier tendu sur cette prière, "Tiens bon ! Jusqu'au container ! S'il te plaît ... Après, en Nouvelle-Zélande, promis, on te bichonnera ! ! !

deserte altitude entre Oregon et Arizona On arrive a Mt Hood : ambiance !! Avec notre pote Rob a lake Tahoe Les snowboards n'ont jamais vu autant de palmiers... ...Vous avez vu Easy Rider ..? Campement pour la nuit dans le jardin de Bill, a Santa Cruz.Santa Cruz encore...  Grosses vagues de  surf, baleines et phoques partout, gens sympas ...ca ressemblait au paradis !



America 1 NZ 1